Le marathon des mots

Pour saluer Philip Roth, Daniel Mesguich lit Portnoy et son complexe de Philip Roth (Gallimard) - Traduit de l’anglais (États-Unis) par Henri Robillot, à la Médiathèque Anne-Laure Arruebo, le mercredi 26 juin à 20h30

Philip Roth, peut-être l’un des plus grands écrivains américains de la deuxième partie du XXe siècle, est décédé en mai 2018. Bien qu’il n’ait jamais, à son grand dam, obtenu le prix Nobel de littérature, son œuvre a été saluée dans le monde entier et les Éditions Gallimard s’apprêtent à faire entrer l’auteur de La symphonie pastorale et de La tache dans la prestigieuse collection de la Pléiade.

À l’occasion de cette 15e édition du Marathon des mots, consacrée aux écrivains des États-Unis, Daniel Mesguich rend hommage à ce géant de la littérature américaine, observateur implacable de la société américaine et de ses travers.

Avec Portnoy et son complexe, publié il y a tout juste 50 ans, Philip Roth joue avec la satire et les codes de notre société pour écrire un récit, à la fois féroce et désopilant, où la tendresse alterne avec le cynisme, l’humour avec le pathétique, et livrer une mordante satire de l’ignorance, du racisme, des préjugés et de l’intolérance sous toutes ses formes.

Entre les grands idéaux humanitaires qui l’animent et les obsessions inavouables qui le hantent, Alex Portnoy, trente-trois ans, est la proie d’un insoluble conflit. Élevé dans le quartier israélite de Newark, par des parents abusifs, démesurément attachés aux principes de la tradition juive-américaine, ligoté par des tabous et des interdits, submergé de conseils et d’exhortations, il est écrasé par une culpabilité d’autant plus angoissante que la sexualité et ses déviations les plus extrêmes ne cessent de l’obnubiler. Brillant étudiant, puis fonctionnaire en vue, il n’en reste pas moins un « bubala », un bébé, aux yeux de ses parents qui lui reprochent amèrement son indépendance, sa froideur apparente et surtout son refus de fonder un foyer et d’assurer la descendance.

Pour faire entendre ce grand texte, il fallait un grand comédien à la hauteur du talent de Philip Roth. Qui mieux que Daniel Mesguich alors pour vous accompagner dans cette plongée au cœur de l’Amérique et de ses habitants !

www.lemarathondesmots.com

retrecir le texte
retrecir le texte
imprimer l'article
|
imprimer l'article
|
flux rss
|
Partager
Accessibilité
|
Mentions légales
|
Crédits
|
Plan du site
|
Contact
Mairie de Quint-Fonsegrives
31130 Quint-Fonsegrives
Tèl : 05.61.24.04.98 Fax : 05.61.24.18.02